Une cabane lovée dans le feuillage… Ma tanière de sorcière au fond des bois. Mon boudoir… poudres,éclats de rire et élixirs. Esprits en ébullition, chasseurs de rêves, et visiteurs en tout genre, tissez vous dans ma toile …

Communauté(s) Païenne(s)

Me voilà de retour en France, à la campagne pour le moment. Amsterdam me manque sérieusement, j’essaie de m’occuper comme je peux…et c’est un bon moment pour revenir un peu sur mes expériences dans le milieu païen. Cela fait longtemps que j’accumule des idées pour cet article, des réflexions qui me sont venues en côtoyant régulièrement une communauté païenne dont l’ampleur dépassait tout ce que j’ai pu connaître auparavant.

Par où commencer ? C’était tellement riche en apprentissages… Mon année à Amsterdam a eu deux impacts majeurs en ce qui concerne mon rapport à la communauté païenne, qui peuvent apparaître comme contradictoires : d’un côté, une certaine désillusion. De l’autre, une gratitude profonde pour certaines personnes qui m’ont permis d’avancer considérablement, et une envie de travailler pour rendre un peu de ce que j’ai reçu et apporter ma pierre à l’édifice.

Désillusion…il faut dire que avant d’arriver j’étais toujours un peu cette débutante naïve avec des étoiles dans les yeux qui croit que le monde païen est un merveilleux royaume fait de gens géniaux, d’amour et d’inspiration divine…et faut il me blâmer ? Jusque là la plupart de mes rencontres païennes avaient été incroyables – au pire, j’avais rencontré quelques individus un peu bizarres sur les bords, mais rien de dramatique. Mes rencontres IRL se limitaient aux filles du cercle des Tisseuses, à quelques païens sur Lyon, et aux filles de la Rencontre intercercles de 2010 à Paris – un monde restreint et douillet, sans doute parce que le mouvement des cercles de femmes n’attirent en général pas les gros cas, et favorisent les liens profonds et la sororité.

A Amsterdam, je suis tombée dans le grand bain. Et j’en suis venue à une conclusion assez pessimiste…Une grande majorité de gens qui circulent dans le milieu du paganisme moderne sont là pour prendre. Ils vont à des évènements, grappillent un peu de ce qui les intéresse, échangent des commentaires désobligeants sur le païen d’en face et les derniers ragots, critiquent l’organisation et la façon dont les rituels sont tenus juste assez fort pour que tout le monde les entende mais assez bas pour que ça ait l’air d’une conversation privée, puisqu’ils ont pas les couilles de le dire tout haut, et rentrent chez eux. Voilà ce que j’ai vu, beaucoup. J’ai aussi vu à l’oeuvre des personnalités charismatiques qui se comportent comme des nouveaux messies, comme si le respect leur était du par le simple fait de toucher terre avec leurs pieds. J’ai rencontré des gens qui correspondaient au parfait cliché du new-ageux niaiseux et suffisant. J’ai rencontré pas mal de jeunettes qui prenaient ça comme un hobby du week-end. J’ai rencontré des gens incapables de respecter des simples notions de savoir vivre, de politesse et d’hygiène. J’ai rencontré des gens un peu paumés prêts à croire le premier baratineur, et des gens tellement nombrilistes et fermés que tout échange est impossible.  J’ai vu les profondes rancœurs et divisions qui partagent le milieu.

Mais le plus décevant ce n’était pas ça. C’était le manque d’inspiration, le manque de souffle, le manque d’enthousiasme. Le manque de passion, de talent, le manque d’ardeur au travail. Les gens sont blasés, ils s’attendent à ce que cela leur tombe tout cuit dans le bec. Sans ces choses là, on n’est pas prêts à aller loin, en tant que mouvement spirituel. Cela se résume bien dans les propos que j’ai entendu dans la bouche d’une wiccane lors du rassemblement PFI : « vous voulez dire qu’il s’agit seulement de célébrer  la communauté ? Si c’est le cas, vous pouvez aussi bien faire un barbecue. » Oui, l’idée de communauté est vue comme routinière, bassement organisationnelle, peu spirituelle au final. Avec mon amie B., on se disait que c’était un des symptômes les plus aigus qui illustrent les problèmes dans la communauté païenne moderne – cette incapacité à voir l’importance de la communauté, à voir plus loin que son propre bout du nez, et surtout à flotter toujours dans les nuages sans s’occuper des questions plus terre à terre. C’en est terriblement rageant. Une moitié des païens croit que c’est normal, les forums et les évènements, et tout ce qui se passe, ils agissent comme si c’était de l’acquis, quelque chose qui leur est dû, et qui ne les concerne pas autre mesure, et l’autre est tellement énervée par la première moitié qu’ils jurent ne plus rien en avoir à foutre. C’est dommage ! Oui, je conviens que pas tout le monde peut consacrer sa vie au paganisme, mais la moindre des choses, c’est d’avoir un peu de respect, de considération pour ceux qui se démènent, et d’essayer de rendre un peu de temps à autre. De se rendre compte que ce n’est pas possible d’exister purement tout seul en tant que païen. Rien que la possibilité de se renseigner sur Internet, de trouver des bouquins, c’est dû au travail acharné de certaines personnes.

En attendant, B., une femme d’affaires avec les pieds bien sur terre et mère d’une petite fille, a décidé de prendre les choses en main et d’organiser avec son mari des journées de parentage païen, avec des activités organisées pour les enfants comme des promenades à travers les bois accompagnées de contes, des échanges entre parents, par exemple, sur comment expliquer les choses aux enseignants de leurs enfants lorsque ceux ci font une sortie sur Odin à Noel  ( exemple véridique ^^ trop chou ), la création d’un prospectus d’information… Z. continue de maintenir son temple à la Déesse, créant un véritable havre de paix ouvert à tous, et anime des cérémonies régulières, ainsi qu’un café païen permettant à tous de se rencontrer. C’est de ce genre d’initiatives dont on a besoin, et qui donnent espoir pour le futur. On en vient à la deuxième chose dont je voulais parler : la gratitude.

Car oui, le milieu païen a beau être un peu pourri quand on y regarde de plus près, il y a des sacrés perles là dedans. Il y a un potentiel énorme, qui n’est pas mis en valeur, par manque d’organisation, de réflexion, je ne sais pas. Peut être parce que beaucoup de gens se plaignent mais ne font rien. Ah, je sais c’est pas facile, il y en a plein qui essaient et qui se prennent des murs ! En ce moment, chez les Tisseuses, on rencontre ces mêmes foutus problèmes d’organisation, et même avec la meilleure volonté du monde, ça crée des tensions !

Peut être qu’on est trop idéalistes. On rêve d’utopies, on garde au chaud nos espoirs de païens débutants, et on est trop déçus lorsque cela ne correspond pas à nos attentes, on abandonne. Je dirais plutôt que c’est bien, de rêver, au départ, mais vient un moment où il faut construire. Revenue en France, j’ai envie d’agir. On en parlait avec L., avec qui j’organise le tout nouveau Café Païen Lyonnais et il disait – et je suis oh combien d’accord – le paganisme, c’est plein de communautés diverses, mais on n’est pas obligés d’être d’accord sur tout, on n’est pas obligés de ritualiser ensemble, on n’est pas obligés d’être les meilleurs potes, mais on n’est pas assez nombreux pour s’arracher les cheveux comme on le fait. On a des enjeux en commun. Il nous faut trouver une façon d’accommoder cette diversité. Sinon, le paganisme risque de se réduire pour toujours à de petits groupuscules qui s’agitent dans leur coin. Donc, bon, voilà je vais continuer à organiser des choses.

Si il y a une chose que j’ai apprise, c’est qu’il ne faut pas faire de quartier avec les cons, parce qu’il y en a beaucoup dans le milieu, un petit énervement de temps en temps c’est sain et légitime, et les ignorer simplement si ça demande trop d’énergie, c’est tout aussi légitime. Parfois, la tolérance va trop loin, on croit que tout doit pouvoir passer ? Désolée, pas chez moi. Mon paganisme je l’aime sans cruche, sans haine, sans gros lourd facho dedans. Je vais pas m’excuser de taper un peu sur la tête de ceux qui l’ont mérité avec des mots légèrement sarcastiques qui pourraient blesser leur égo. Parce que je me dis que certains comportements invitent le ridicule, c’est tout. ( dédicace spéciale aux Spirettes qui font un art du pourfendage de troll ^^ ) Je vais pas me taire et laisser ce genre de gens réclamer toute l’attention en ce qui concerne le paganisme.

Je peux pas dire aux gens quoi faire, même si mon gourou intérieur aimerait bien lol. Donc je vais me concentrer sur les perles que je rencontre sur mon chemin, je vais chérir ces relations, et en ce qui concerne le reste de la communauté, je vais agir plus comme s’il s’agissait de business, de travail, je me blinde petit à petit, afin d’être efficace. Pas besoin de faire de tous ceux que je rencontre mes meilleurs amis pour toujours ^^ Je ne laisserai personne me défaire de mon enthousiasme. Le paganisme c’est un peu comme tous ces intérêts assez cool et avant-garde qui attirent tout un tas de neuneux dès qu’ils deviennent plus célèbres, mais ça les rend pas moins cool et avant-garde pour autant, si on sait où on va.

Publicités

Une Réponse

  1. aaahh que je prends plaisir a lire ces lignes c’est tellement vrai!!!
    bien que j’ai moins d’expériences que toi en rencontre je le vois sur facebook
    beaucoup de gens qui se font mousser, ou se masturbe intellectuellement parfois!!

    Je ne dis pas qu’il n’est pas bon d’échanger hein?! mais bon vient un moment bah faut rester cool yeah!!! je me suis heurtée a beaucoup d’intolérance et de jugement moi même et bon ben naïve aussi !! mais ça fait rien je choisie de ne pas faire de généralité^^ la preuve en te lisant ben je m’éclates c’est une bouffée d’air frais 🙂 sans prise de tête ….

    Des bisous Bilquis

    25 juillet 2012 à 10:40

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s