Une cabane lovée dans le feuillage… Ma tanière de sorcière au fond des bois. Mon boudoir… poudres,éclats de rire et élixirs. Esprits en ébullition, chasseurs de rêves, et visiteurs en tout genre, tissez vous dans ma toile …

Sigyn – jour 1

L’idée de dédier un mois à une divinité sur son blog et à poster un article sur Elle chaque jour vient de l’auteur Galina Krasskova, qui avait fait la même chose pour Loki et Odin, et maintenant, ce février pour Sigyn. J’ai voulu me joindre à l’effort pour parler de cette Déesse méconnue qui a pris une place  importante dans ma vie récemment. Je vais essayer de poster au moins régulièrement, si ce n’est tous les jours, ça sera peut être pas bien long, mais l’essentiel c’est la constance.

Sigyn est, dans la mythologie nordique, la femme et seconde compagne de Loki. On sait peu de choses à son sujet. Snorri la compte parmi les Déesses Ases, Elle est la mère de Narvi/Nari ( et aussi peut être de Vali ) et son nom ( du vieux norrois sigr-vina), veut dire ‘Femme-victoire’ ou ‘Amie victorieuse’. Dans les mythes qui nous sont parvenus, elle ne figure qu’une seule fois – Loki est condamné par les Dieux et attaché à un rocher dans une grotte avec les intestins de Narvi, tué par Vali transformé en loup. Skadi attache au dessus de sa tête un serpent venimeux, et Sigyn reste à ses côtés et tient un bol pour capturer le venin, mais lorsque le bol est plein, Elle doit s’écarter pour le vider, et le venin goutte  sur Loki, qui se tord alors de souffrance jusqu’à faire trembler la terre.

De nos jours, elle est décrite comme une Déesse de loyauté, de compassion et d’endurance. Bien sûr il y a certains ( souvent dans le département des ‘machos vikings modernes’…) qui la voient comme une femme abusée, bien que cela ne se retrouve nulle part dans les sources, mais bien sûr, si on assigne à Loki le rôle de méchant, Sigyn pour lui montrer une telle loyauté doit être bien abusée parce que sinon l’image se casse un peu la figure. A mes yeux, Sigyn est là par choix pleinement conscient et assumé, et sa dévotion et son endurance doivent bien provenir d’une source autrement plus profonde qu’un amour illusoire et non retourné.

C’est assez difficile de parler d’Elle, pour moi, en fait. Comme le dit si bien Krasskova, c’est une Déesse dont la présence rend humble. Et il faut dire, sa présence dans ma vie n’était pas donnée d’avance, vu mon lien avec Skadi, qui est son opposé à bien des égards et en partie à l’origine de ses souffrances, celle qui place le serpent. Je voulais y aller doucement, doucement, m’imaginant pas forcément la bienvenue…mais les portes m’ont été ouvertes et j’ai reçu beaucoup plus que je l’imaginais possible. Elle est une Déesse des petites choses, de simplicité, de constance, de joie, de deuil déchirant, de soin, de guérison, de chances données même en l’absence d’espoir, de courage silencieux, de devoir accompli sans espoir de reconnaissance, d’innocence, de détermination face à l’horreur, de lucidité blême, de dénuement – celle qui porte et allège la douleur, la force insoupçonnée, l’amie des révolutionnaires, petite main discrète et nourricière,  grâce chérie, qui se fait acier sous la pression. Elle est un trésor, vraiment.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s