Une cabane lovée dans le feuillage… Ma tanière de sorcière au fond des bois. Mon boudoir… poudres,éclats de rire et élixirs. Esprits en ébullition, chasseurs de rêves, et visiteurs en tout genre, tissez vous dans ma toile …

Rêves d’encre et créations

Contemplation ( Chemins de Lumière 2 )

 

Semaine 2 des Chemins de Lumière lancé par Valiel. Le mot cette fois était ‘contemplation’. Alors j’avoue que ma peinture n’est pas très contemplative d’une manière classique. En fait là c’est l’idée de la contemplation intériorisée, l’idée de faire un vide en soi ( d’où le noir) le silence, le calme, pour écouter ce qui est. Dans ma vie donc en ce moment il y a cette idée d’embrasement qui est essentielle, l’évolution avec la spirale et la serrure qui représente une sorte de déblocage en train de se faire et l’ouverture d’un nouveau chemin. Ce n’est pas une flamme d’une passion passagère ou d’une colère superficielle mais celle d’une transformation nécessaire et profonde qui est toujours là lorsque le vide a été fait. C’est la flamme intérieure sacrée aussi, celle qui donne envie de vivre et d’aller de l’avant.

Donc voilà. Le résultat de ma petite contemplation…


Origine ( Chemins de Lumière semaine 1 )

Un peu en retard j’ai décidé de participer dans le dernier Chemin de Lumière organisé par Valiel. Il s’agit de faire une création chaque semaine autour d’un mot clé, tout en se fixant un but au début.

En ce qui me concerne mon principal but est de finir le projet étant donné que la discipline est mon plus gros challenge en ce moment. Ne pas se prendre la tête, juste créer de manière régulière.

Un petit but attenant mais moins important est de cultiver une certaine spontanéité, simplicité dans le trait – souvent quand je peins ou je dessine, je me bloque, je veux que tout soit parfait donc j’y vais de manière hyper pointilleuse, tatillonne, ce qui fait que ça me prend des heures et manque de vie et d’inspiration. Et mes insécurités se retrouvent vite dans le trait. Donc là mon but c’est de débloquer ça, de laisser ma main aller avec courage et fermeté, un peu comme dans la calligraphie à la chinoise où la moindre hésitation se voit. Mais en même temps ça c’est lié au but principal, puisque souvent quand j’obsède sur le moindre détail à la fin ça me dégoûte et j’ai même plus envie de m’y mettre. Alors que bon, je ne suis pas une pro, je fais ça pour le plaisir quoi. Et si c’est un plaisir, voir une thérapie, j’aurais beaucoup moins de problèmes à garder cette discipline.

Semaine 1 : Origines

La photo rend pas super bien, le côté bleu a des tons de vert qu’on ne voit pas, et le brun des tons de rouge. Donc à la base je pensais aux polarités sources de vie, d’où le yin-yang, mais ce n’est pas masculin-féminin, c’est l’eau et la terre, la boue primale en fait. L’eau avec la mer déchaînée, les forces instables, mais aussi le côté exploration, voyage. La terre comme une attache, stable, un refuge à protéger et conserver. Référence à l’évolution des êtres vivants et animaux, de l’eau à la terre. Sans doute aussi une référence au monde d’une partie de mes ancêtres qui vivaient en bord de mer. Les symboles sont des runes islandaises. Celle peinte en noir, Vegvisir, permet aux voyageurs, spécialement en mer, de ne pas se perdre et toujours trouver leur chemin – donc aussi, instinct d’exploration. Celle peinte en blanc Aegishjalmur, est une rune protectrice qui inspire la peur chez les ennemis et protège contre les abus de pouvoir – instinct de conservation. C’est aussi une référence au monde brutal dans lequel nos ancêtres vivaient, à la merci des éléments et de la puissance parfois terrifiante de la nature.

Aussi, bien sûr, la Grande Mère à travers l’eau et la terre, et le fait qu’on est tous faits de boue.

Hah je suis assez contente c’est plus simple que ce que je fais d’habitude mais ça me parle 🙂


Allégorie

Elle est une offrande
Elle est un jeu qui se joue
Jusqu’à la toute fin
Maintenant est le moment de l’infinité
Amertume et passion
Un pas après l’autre
Nous élevons les enjeux 
Nous tissons ensemble
Avec soin, et précision, et force
Droit au coeur
Nous chantons ses louanges
Elle est l’âme de la symphonie
Nous connaissons son vrai visage
Une seconde avant le saut – 
 
Celle-qui-lance-les-dés
Flèche droite
Chemins sans fin
Elle est le feu dans nos coeurs lorsque nos yeux se rencontrent
L’ivresse de la course
Le calme au coeur de la tempête
 
Nous sommes ses gens –
Au sang fier, au pas confiant
Nous la sentons lorsque le printemps devient humide et luxuriant
Dans la noirceur du soleil d’été écrasant
Dans la beauté cruelle du déclin
Dans le triomphe pur du froid brillant
 
Toujours nous répondons à son appel 
Chair, os et moelle,
Nous entendons ses cris silencieux
Nous nous levons et nous empruntons la route
Nous marchons toujours.
 
Elle nous habite
Horreur et courage et grâce
Oh mère du temps
Dame de l’heure la plus noire
Nous plongeons dans les profondeurs
Et sommes changés pour toujours
 
La richesse du sol fertile
La compassion de la nuit
Les chemins vers les rêves
Les vents du changement et du chaos
Les chants de la bataille
Le réveil de l’orage
La poésie des carrefours
Le courage de la lionne
La danse de l’oiseau téméraire
Le secret des voies anciennes
L’audace de réinventer le monde
Les spirales de la vie et du temps
A travers naissances et unions, morts et funérailles, 
La simple joie de grandir et vieillir en ce monde, 
Toujours toi, notre Reine !

Ma bibliothèque : la Grande Encyclopédie des Fées, Dubois et Sabatier


Voici un livre que je traîne avec moi depuis qu’on me l’a offert petite. C’est un livre qui tombe dans la catégorie ‘enfant’, mais certaines images m’avaient choquée à l’époque ^^ On va dire qu’il présente une vision de la Féerie comme je les aime : poétique, cultivée et dangereuse, à mille lieux des nunucheries sirupeuses de Disney et compagnie. Il n’y a pas que des fées dans ce tome : on y trouve des esprits frappeurs, des légendes, des animaux fantastiques, des figures mythologiques… chaque page donne un récit folklorique, accompagné d’informations très poétiques sur l’entité présentée. On y croisera Mélusine, Morgane, Viviane, la Lorelei, la Vouivre, les Dames Blanches, les Dryades, les Muses, Berchta, les Banshies, Ole-ferme-l’oeil, les Arbres Fays et bien d’autres… ce qui fait la valeur de l’ouvrage, en plus de tout ceci, ce sont les images qui sont absolument superbes, et une grande source d’inspiration.

Première page :

« Invitation aux Iles Bienheureuses

‘Ma tresse restera auprès de vous ; les fleurs sont les ‘pensées’ : le myosotis, le bouton-d’or, les petites roses sont et représentent mon enfance, pâquerettes pour les plus belles puretés.’ ( Mélanie, Saskia Dubois ) 

Et voilà que les Fées enclosent, comme l’ont été les Lutins il y a quelque quatre ans. Enclore, pour les Beaux Êtres, c’est si mal en penser. Disons que c’est un livre où elles viendront se promener. Une allée sans fond menant d’un monde à l’autre, avec assez de lacis, de reposoirs, de fuitées pou apprendre en chemin à se mieux connaître. Un parcours rituel, une politesse de l’âme avant les fiançailles. Que chaque page se gravisse pareil à l' »Echalier ». Ce n’est une suggestion car ce sont les Dames Sauvages qui toujours décident et dévident la quenouillée de nos espérances. Nos rêves n’étant qu’un éclat retombé de la gerbe efflorescente des leurs. Mais ces poussières d’étoiles fleurissant les sentiers suffisent à rassembler un bouquet de merveilles conquis à ces jardins. Il s’agit là, bien entendu, de conquête de coeur, une allégeance à l’enféerie, l’abandon de nos dernières réticences à l’emprise de leur chant. »

Quelques images : 

Berchta

la Vouivre

Mélusine

 la Dame Rouge

Nang-faa et Phi-oiseau


Le monde merveilleux du fait-main païen

Déja, je vais commencer ce post en disant que Morrigan organise un concours ( expliqué ici :http://laboratoire-sortileges.blogspot.com/2011/05/concours-de-litha-d.html ) pour contribuer à lancer sa boutique en ligne que vous trouverez ici : http://www.alittlemarket.com/boutique/laboratoiredesortileges-62506.html

Si je lui fais de la pub ce n’est pas seulement parce que j’ai envie de gagner le concours 😉 mais parce que j’ai eu un véritable coup de coeur pour certaines de ses créations, un style simple, raffiné et naturel, à la fois brut et poétique : tout ce que j’aime. Je vous montrerai mes acquisitions bientôt.

Mais tout n’est pas si rose dans le monde merveilleux des artisans païens. La concurrence est rude. Hum, il y a aussi des boutiques qui font un peu…comment dire…de la peine, car si on sent clairement la bonne volonté de la personne, cela ne suffit pas pour vendre, il faut aussi être un minimum exigeant avec soi-même. Je ne dis pas que ces personnes devraient arrêter, mais sérieusement, réfléchir à ce qui fait l’originalité de leur boutique, l’attrait ‘en plus’ de leur produit, travailler plus sur le look, la présentation, la description…la qualité…Désolé mais c’est le commerce et pas le pays des gentilles licornes, et on ne vend pas uniquement avec des bons sentiments. Bon mais c’est pas méchant, hein. Je dis juste que ce marché est de plus en plus encombré et il faut voir les choses en face.

Par contre, il y a quand même des gens qui sont pas bien dans leur tête pour oser vendre certaines choses. Par exemple. Vous connaissez Etsy ? Le paradis pour certains, et c’est ce que je pensais au début. Avant de mettre les pieds sur Regretsy, un site méchant mais méchamment drôle, et j’ai déchanté pas mal. Allez donc voir : http://www.regretsy.com/2011/04/07/10-things-i-cant-believe-someone-bought/. Et c’est pas tout, en plus de gens qui sont clairement louches il y a aussi des revendeurs :  http://www.regretsy.com/2011/05/02/your-etsy-content-team-at-work-update/ ( cette histoire m’a déprimée d’ailleurs. ) Bon, bref, faites attention quoi. On va dire qu’avant de trouver des perles, il faut trier à travers beaucoup de merde, parce que c’est un filon lucratif : puisque c’est « fait main » les gens sont généralement prêts à payer plus cher. Le site n’est pas spécifiquement païen mais il y a une certaine tendance à que la connerie s’entrecroise surtout avec l’idée louable à la base que toute expression créative a de la valeur, d’accord mais de là à le vendre, c’est un autre monde. Et puis un tout petit peu d’auto-critique, ce n’est pas si mal non plus.

Quand même on trouve de bonnes affaires. Voici ma petite bolline en corne de cerf que j’ai trouvé là bas :

Sympa non ? Je l’ai trouvé ici : http://www.etsy.com/people/RWStegmeir 

Bref, il y a du bon comme du moins bon, attention et quand vous avez trouvé vos bonnes adresses, faites moi savoir !


Ma Bibliothèque : Noces de Sève et de Vent

Alors je vais mettre sur la sellette un livre que j’ai reçu il y a pas longtemps : Noces de Sève et de Vent, de Marie des Bois. C’est un recueil de poèmes sur le thème du paganisme et de la féminité.

J’avoue que mes sentiments à propos de ce bouquin sont forts et contrastés. À certaines pages j’ai envie de lui mettre 0/5 et à d’autres 5/5. Alors, qu’en est il en fait ?

– Pour le côté négatif on pourra dire que l’auteure est excessivement remontée contre l’Eglise et le monde moderne à un point que ça en devient ridicule. Elle présente les choses de façon tellement manichéenne, le paganisme étant sensé être la seule « vraie façon de vivre » et les Anciens des parangons de sagesse, ça la décrédibilise pas mal et manque de profondeur, à mon sens. À certains moments elle est très prétentieuse, les quelques poèmes en anglais sont mal écrits, et certains passages sont moralement douteux – par exemple quand elle parle de soumettre les herbes à sa volonté ou de races souillées, c’est pas très beau. Elle se caricature elle même, parfois, ça m’a juste fait lever les yeux au ciel. Et certains poèmes semblent glorifier la souffrance, ce qui me gonfle.

– En revanche, pour les poèmes qui ne sont pas atteints de cette sorte de gangrène idéologique virulente, certains sont totalement splendides et très passionnés. Ce n’est pas de la littérature, on est d’accord, mais c’est très païen et amoureux de la nature et enthousiaste. Certaines des illustrations sont aussi très belles. L’idée des sorcières qu’elle décrit tient pour moi plus ou moins du mythe, mais ça fait sûrement rêver et c’est inspirant. Quand elle parle de la fusion avec les éléments, de quête amoureuse, c’est beau tout simplement, simple et habité. On est dans le domaine du vécu, de l’imaginaire aussi, c’est un appel vibrant à retourner dans la nature et à aimer le monde avec passion, ce qui selon moi devrait être la moelle du paganisme.

– En bref, je conseille d’acheter ce livre à deux conditions : si vous avez des sous, parce que ce n’est pas le livre le plus essentiel à acheter quand on est limite, et surtout si vous êtes capables d’avoir du recul, de ne pas tout gober ce que raconte l’auteure et que vous n’avez plus besoin de jouer les martyres et les victimes pour vous justifier le fait d’être païenne ( je dis païenne, j’ai l’impression que ce bouquin plairait plus aux femmes, mais après je pourrais me tromper…)


Ma bibliothèque…

Dans l’esprit de partager des idées sur ses ressources, je vous fais une liste de mes livres et une note que je leur ai attribué sur cinq, avec une brève critique, et je ferai des critiques plus fouillées plus tard en attendant n’hésitez pas à me poser des questions si vous avez envie de vous acheter un des livres de cette liste, si vous voulez des photos…

Wicca

– Scott Cunningham, a guide for the solitary practitioner, 3/5 (ambiance « oncle Scott raconte des histoires au coin du feu » : décontracté, aimable, bon pour mettre les débutants en confiance, légèrement fluffy, manque de profondeur)

– Wiccan Warrior, Kerr Cuhulain, pas encore lu

– Deborah Lipp, The Elements of Ritual, 5/5 ( Excellente revue des moindres détails du rituel wiccan, leur signification profonde, importance de la cohérence de l’ensemble. Idéal pour ceux qui veulent aller plus loin au niveau rituel )

– The study of Witchcraft, a guidebook to advanced Wicca, Deborah Lipp, 3,5/5 ( Construit sur la base d’un « cours en Wicca avancée », couvre beaucoup de terrain, conseils de bibliographie impressionnants, un peu frustrant car ne va pas en profondeur,  lance des bonnes pistes pertinentes, un « squelette d’études » en fait )

– Grimoire for the Green Witch, Ann Moura, 4/5 ( Est en fait un livre des ombres wiccan, pas de Magie Verte, mais excellente ressource très rempli, pas de réflexion mais beaucoup de rituels, sorts, correspondances…très fourni, j’y reviens tout le temps. )

– La Bible de la Magie Naturelle, Ann-Marie Gallagher, 3,5/5 ( Livre que je conseillerais aux débutants, un peu fourre-tout mais plus complet que le Cunningham, très agréable à lire. )

– Magickal Connections, Lisa McSherry, 3,5/5 ( Livre sur le travail en groupes magiques, intéressant pour les intéressés ;), bons conseils pratiques )

Magie, Sorcellerie

– l’Almanach de la Sorcière, Katherine Quenot, 2/5 ( Beau livre mais aucune source, images sans rapport bien que jolies, saints chrétiens, anges et démons, quelques notions intéressantes mais dans l’ensemble selon moi un mélange assez douteux et peu pratique puisque il n’y a pas de sommaire. )

– How to be a wicked witch, Patricia Telesco, 3,5/5 ( Petit livre sans prétention et assez sympathique, donne des conseils de magie pratique pour faire face aux galères de la vie de tous les jours. )

– La Bible des Charmes et Enchantements, Ann-Marie Gallagher, 4,5/5 ( Une ressource très fournie, j’y reviens là aussi tout le temps, fourmille de sorts pratiques et poétiques, et une bonne intro sur le fonctionnement de la magie )

– The Nature of Magic, Susan Greenwood, 5/5 ( Une approche académique sur le thème de la magie comme modification de conscience, rare et particulièrement intéressant au niveau intellectuel, par une pratiquante et universitaire, qui combine compréhension et sérieux. )

– Magical spells for your home, Ann-Marie Gallagher, 3,5/5 ( Certains sorts du précédent livre reviennent, pas indispensable mais là encore, bons conseils et sorts assez inventifs. )

– La magie des bougies, Raymond Buckland, 2/5 ( Pour chaque sort une version païenne et une version chrétienne, morale douteuse au possible, du genre « comment rendre jaloux votre partenaire » etc…quelques idées intéressantes, à prendre avec un gros grain de sel.)

Paganisme, religions premières

– La Grande Déesse du Nord, Régis Boyer, 4/5 ( Académique « de référence », travail sérieux, visant à défendre la thèse selon quoi les Déesses Nordiques et plus spécialement Freya, Frigg et Skadi étaient à la base une seule et même déesse. )

– Le monde du double, la Magie chez les Anciens Scandinaves, Régis Boyer, 3/5 ( Dans ce livre-ci, on sent quand même bien les préjugés de l’auteur, peut être lié au fait que celui-ci est très chrétien, et sa vision de la magie comme très négative n’est pas la mienne. Intéressant tout de même mais pourrait froisser quelques nordisants fervents. )

– 366 Celt, A day and a year of Celtic Wisdom and Lore, Carl McColman, pas encore lu

– Triumph of the Moon, Ronald Hutton, 5/5 ( Selon moi tout wiccan devrait lire ce livre, qui reprend les faits sur l’origine de la Wicca. Un peu sévère par instant mais ne porte jamais de jugements, et montre la richesse des sources qui ont inspiré la Wicca et plus généralement le paganisme moderne – pour en finir définitivement avec les relents frelatés des théories de Margaret Murray. )

– Drawing down the Moon, Witches, Druids, Goddess-Worshippers and other Pagans in America Today,  Margot Adler, 4,5/5 ( Peut être pas tout à fait correct au niveau historique et un peu daté mais passionnant et couvre un éventail très large, vaut par ses témoignages très riches, côté assez sociologique )

– L’héritage des religions premières, Odon Vallet, pas lu

– Dictionary of Celtic Myth and Legend, Miranda Green, 4/5 ( Rien à dire, un bon ouvrage scientifique, sérieux, sec, une ressource de qualité. )

– Dictionnaire Larousse de la Civilisation Egyptienne, Guy Rachet, 4/5 ( Pareil que le précédent )

– Le néo-paganisme, une vision du monde en plein essor, Stéphane François, 3,5/5 ( Attention, l’auteur est sérieux mais n’est pas complaisant !! Peut être un peu condescendant ? En tout cas certaines de ses critiques du néo-paganisme sont pertinentes…)

– Vivre la tradition celtique au fil des saisons, Mara Freeman, 4,5/5 ( Une source d’inspiration sans fin, peut être pas très très sérieux au niveau historique, je ne suis pas sûre, mais en tout cas au niveau pratique, un bonheur )

Féminin Sacré, Culte de la Déesse

– Spiral Dance, Starhawk, 3,5/5 ( Toute référence à l’histoire dans ce livre a passé sa date de consommation limite, mais elle a une plume tellement inspirante…)

– Dreaming the Dark ( traduit sous le titre, Femmes, magie et politique), Starhawk, 4/5 ( Encore une fois, histoire douteuse mais celui-là encore plus que le précédent développe des idées précieuses, et assez géniales )

– I am woman by rite, a book of women’s rituals, Nancy Brady Cunningham, 4/5 ( Une collection de rituels très beaux et poétiques )

– La Grande Déesse Mère, Shahrukh Husain, pas lu

Autres

– Pendulums and the light, Communication with the Goddess, Diane Stein, 2/5 ( Une soupe extrêmement new-âge et cucul, certains passages m’ont fait hérisser les sourcils, surtout quand elle raconte que les Dieux sont des êtres de lumière fragiles que le moindre bruit dérange, WTF???, des conseils intéressants cependant mais il doit y avoir de meilleurs livres. )

– The Book of Chakra Healing, Liz Simpson, 3,5/5 ( Un bon livre très concret pour travailler avec les chakras, j’aurais apprécié de voir le côté plus philosophique/mystique plus développé, mais c’est un bon guide pour travailler avec ses chakras au jour le jour )

– Earth Prayers from Around the world, Roberts&Amidon, 4/5 ( Très beau, splendide même pour certaines poésies, une anthologie donc certains poèmes et prières m’ont plus parlé que d’autres, il y a aussi bien des chrétiens que des païens que des athées parmi les auteurs, le rassemblement essaie d’aller au delà des religions pour témoigner d’un amour fort pour la Terre. Par contre à un endroit il y a une erreur d’attribution, oups. )

– Noces de Sève et de Vent, Marie des Bois, 3/5 ( Avis contrasté, certains poèmes et illustrations sont splendides, d’autres sont lourds et prétentieux quand elle s’oppose systématiquement à l’Eglise et au monde moderne en les rendant responsables de tous nos maux ; elle se vautre à certains moments dans les clichés, ce qui dessert sa plume magnifique. En tout cas ce livre ne laisse pas indifférent. )

– Pharmako/Poeia, Dale Pendell, pas lu

Tarots et Oracles ( là je ne mettrai pas de notes car c’est beaucoup beaucoup plus subjectif ( encore plus ^^), le fait d’accrocher ou pas à un jeu, à mon avis)

– L’oracle druidique des plantes, Philip et Stéphanie Carr-Gomm, Will Worthington ( Sans doute mon jeu préféré, illustrations splendides, livre d’accompagnement très intelligent donnant des pistes plutôt qu’une réponse toute faite, pour travailler plus loin avec la plante en question )

– Féminitude, Monique Grande et Myrrha ( Très populaire auprès de mes soeurcières, très axé sur le féminin, surprise ^^ illustrations magnifiques, explications très riches – bien que parfois le propos de l’auteur me paraisse un peu redondant, un peu… tourne-en-rond autour d’un même discours, les cartes en soi sont un trésor, j’aime beaucoup prendre une carte individuelle et me laisser inspirer artistiquement. )

– Druidcraft Tarot, Philip et Stéphanie Carr-Gomm, Will Worthington ( Très beau, peut être pas assez symbolique à mon goût, au final je m’en sers surtout de décoration d’autel. Et euh… les visages d’hommes sont moches. Mais sinon je l’aime beaucoup. )

– Les cartes mystiques de Mlle Lenormand, Regula Elizabeth Fiechter ( Beaucoup moins laides que l’édition originale à mon avis, à chaque tirage une fulgurance impressionnante de justesse. Format pratique à emmener partout avec soi. )

– Fantastical Creatures Tarot ( Jolies illustrations mais jeu un peu fade, travail intéressant avec les créatures magiques. )

– Wild Wisdom of the Faery Oracle, Lucy Cavendish et Selina Fenech ( Un tout petit peu fluffy mais les illustrations sont splendides, d’une illustratrice fantasy que j’aime beaucoup, de vraies peintures, dispense des conseils tout doux, contact très agréable, ambiance féérique. )

– Archetype Cards, Caroline Myss ( À vrai dire je trouve certaines illustrations franchement laides, d’autres sympa, c’est surtout le côté travail sur soi qui est intéressant dans ce jeu )

………………………..

À venir : Witchcraft today de Gerald Gardner ; Mythes, rêves et mystères de Mircea Eliade ; Voie du tarot d’Alexandro Jodorowski ; The Way of Four, Working with the Elements de Deborah Lipp ; Kissing the limitless, Deep Magic and the Great Work of transforming yourself and the world, de T. Thorn Coyle, les Druides de C-J. Guyonvarc’h. Et beaucoup d’autres car s’il y a bien un domaine où ma soif ne s’étanche jamais c’est bien les livres. Même si mon portefeuille gémit, je trouve d’autres solutions pour me nourrir : bibliothèques, pillage des bibli d’amis, vol à l’étalage… eh non là je rigole ( quoi que…^^)


Mort, Fou ou Poète

Sur la page d’introduction du blog Dead, Mad or a Poet ( http://www.deadmadorpoet.com/), que je suis régulièrement, nous dit :

« Il est dit que si vous passez la nuit sur une colline aux fées, le lendemain matin, on vous retrouvera mort, fou, ou devenu poète. Ceux qui osent frapper à des portes cachées courent certains risques.

Mais comme l’a dit le poète et sorcier Victor Anderson, « Tout ce qui en vaut la peine est dangereux ». Nous croyons que faire de la sorcellerie en vaut la peine, tout comme l’art, pour des raisons qui se ressemblent. La volonté de regarder sans ciller dans l’oeil de la vérité peut entraîner la beauté, l’extase et l’illumination. Cela peut aussi vous perturber et vous bouleverser profondément »

Peinture de Sandrine Gestin (http://www.sandrinegestin.com/)


La Séductrice

,                                 

Voilà le résultat d’un atelier sur le forum génial Women’s Art http://women-s-art.positifforum.com. On nous attribué à toutes une carte du magnifique jeu de cartes Féminitude par Monique Grande, illustrations de Myrrha ( http://www.myrrha.ereduverseau.com/pages_artiste/feminitude2.html) et on nous a demandé de l’illustrer avec nos propres mots. Pour moi c’est un véritable bouillonnement qui en a résulté…

La Séductrice
………………..
C’est une histoire au début, toute simple
Dans un jardin, une fleur mangea la mouche
Qui attirée par l’odeur suave de ses pétales
S’était lentement empêtrée dans sa gangue de velours.

 

Arrivèrent trois grand singes barbus qui s’écrièrent ;
Quelle chose monstrueuse ! Voilà la chute du paradis.
La fleur étonnée releva sa tête lourde
Il n’y a pas de paradis ici, juste un jardin.
Les gouttes de rosée qui coulent le long de ma tige
Séparent la lumière et créent des ombres difformes,
Les pluies abondantes font pourrir les jeunes pousses,
Et la suite sans fin des saisons est aussi tendre que cruelle.


Dans ses replis elle nous fait voir des monstres,
Mais je suis juste une fleur, et ceci est juste un jardin.
Quelle arrogance, fit un des barbus, qu’une simple herbe
Ose élever le ton face à des hommes qui marchent debout ?


Ne sais tu pas, mauvaise herbe, que ce sont les insectes
qui mangent les fleurs ? Les bestioles mangent les insectes
Les fauves mangent les bestioles nous mangeons les fauves
Alors, créature contre nature ?  De quelle partie de l’enfer viens tu ?

 

Allez donc reprocher au tigre de manger la gazelle, fit la fleur
Et se replongea dans l’alchimie silencieuse de ses cellules ;
Les barbus entourèrent la fleur, en colloque sérieux,
Et après de nombreuses délibérations l’arrachèrent avec rage.

 

Ils la disséquèrent et l’auscultèrent, la mirent en pièces
Pour trouver le principe qui les faisait tant enrager et défiait leurs lois.
La recherche fut stérile et  ils l’enfouirent profondément.
Mais la peur nouvelle dans leurs coeurs ne se fit pas oublier.

 

L’histoire se rêve, se murmure, se répète,
La roue tourne, s’emballe, les mots ruissellent…
L’histoire gravée dans nos coeurs ne s’oublie pas,
Et à la faveur de l’oubli elle s’empoisonne…

 

Depuis la nuit des temps, Elle est la Séductrice
Danse mortelle de la sélection naturelle
Animalité qui dérange, et rêves refoulés
Messagère et piège d’un secret oublié.

 

Cette histoire est la sienne.

 

Fraîche demoiselle aux yeux d’émeraude,
Innocence dissimulant ses écailles sous son jupon
Peau de lys mais baiser putride, elle fait avec délice
D’un marécage son royaume de tombes.

 

Femme renard rôdant sous la lune,
Par le jeu de ses courbes de soie les vies se délient
Se délassent, et finissent en un coup de griffes.
Seule reste la neige fumante empreinte de rouge.

 

Danseuse lascive drapée de vapeurs de rêves
Dragons sinistres et mélodies lancinantes
Elle susurre au poète ses dernières visions
Et tisse un linceul d’ardeur et d’oubli.

 

La rousse au corsage défait qui hante
Le brouillard des anciennes histoires
La poupée qui s’échine le long des boulevards
Couleurs criardes jusqu’à la nausée

 

Trop aimée pour être haïe, trop utile pour être oubliée,
Malédiction dont on connaît le petit surnom,
Ou ombre grandiose dont le passé connaît les ravages,
Elle mène le cortège des idées les plus sauvages.

 

Boue grouillante, chaudron bouillonnant
Carnivore abysse d’obsidienne et osselets
Que déferlent les cascades microbiennes,
Et la matrice acide devient dévoreuse.

 

Les flammes s’élèvent la danse s’affole
Maudite sorcière cauchemar de nos nuits
Délivre nous du mal et ne nous soumets pas à la tentation
Pardonne nous comme nous…

 

Le reste est silence. Lentement, elle tourne et elle tisse
Ses pièges et ses appâts, ses douces saveurs vénéneuses
Ils disent elle revient chaque année comme la gale des blés
La prédatrice adulée dans les spirales du déni.

 

Au premier éclat d’indécence dans l’oeil d’une inconnue,
Sortent les torches, les pieux et les vierges de fer
Mais celle qu’ils croyaient capturer est déjà loin
La suppliciée n’est plus qu’une pâle poupée brisée.

 

Un sourire sanguin s’estompe dans la nuit
Ivre de vengeance repart en chasse
Elle est le fantôme des sanctuaires pillés
Morale très acide des contes trop réels, chère ironie du sort.

 

Elle est une peau qui s’écorche, une croûte de lave
Cri d’extase ou d’agonie
Funambule là où se rejoignent paradis et enfer,
Qui existent là où nous les créons, sur Terre.

 

Elle s’enfuit avec la fin de mes mots,
Toujours victime, toujours bourreau
Jeu stérile, prisonnière et symptôme
Pas d’échappatoire dans ce labyrinthe là.

 

Versant d’ombre et soeur damnée
De la cruauté de l’épée, l’une ne va pas sans l’autre
Déchirement de velours, impuissance transformée
À la force brute elle répond avec une malice implacable.

 

Invoquée sans cesse par les avides de pouvoir,
Décriée par les bien-pensants, elle fascine et dégoûte
Prise dans les tourbillons des siècles,
Coupée de ses racines, perdue.

 

Comme toute sorcière est une fée blessée
Son coeur d’animal en fuite est écorché
Mais résiste malgré tout à suivre les règles du jeu,
À cela elle préfère voyager dans les déserts de l’humanité.

 

Et elle y meurt, seule.
Mais renaît toujours.
Force de la nature,
Irrésistible.

……………………..

Qui imposa les règles et arracha la fleur sacrilège ?
Qui étouffa la danse de la vie dans un corset d’acier ?
Une idée bien triste du paradis, l’absence de changement
Et de la béatitude, l’interdiction de la connaissance.

 

Les cycles de la vie dansent et les ombres s’élèvent hautes
Les pulsations de la sève, l’incantation de la vie,
Les mystères mutiques de la mort, les brusques sursauts
Une vérité trop vaste pour être contenue dans un livre sacré.

……………………………………..

Ah soeurs comment vouloir purifier des eaux boueuses ?
Un temps viendra où elles porteront des graines,
Si elles cessent d’être piétinées.
Si elle se laisse guérir, si elle se laisse aimer.

 

Mais avant tout écoutez ses vieux os de combattante
Elle n’a pas parcouru tout ce chemin pour se laisser dompter
Son coeur féroce, son blason de fille de poussière
Son masque éphémère, portez les avec fierté.

 

Et en cercle, chantez, enterrez les avec tendresse.
Cultivez vos liens, qui vous rendent fortes.
Et vos ailes, qui vous font naître au monde.
Une lune après vous entendrez le son d’un miracle.

 

La Séductrice qui rit.
Et son rire fort et clair comme une cascade
Emporte avec lui les poisons et les fantômes.
Pouvoir enfin serein car chéri et accepté.

 

Maintenant elle est chasseresse, alchimiste, reine
Jeune fille en fleurs, mère aimante ou vieille sage,
Ses mains habiles créent et caressent mais au fond du bois
Les anciennes douleurs pulsent encore, comme un temple secret.

Le totem de l’Enchanteresse

Voilà ma dernière création : c’est un sautoir en métal cuivré, perles de bois, oeil de tigre et fluorite violette. Il a deux crochets permettant d’accrocher des pendentifs divers, c’est vraiment pratique – là j’y ai mis une spirale contenant un quartz rutile, et une coquille de noix avec perle. Je l’ai voulu discret, solide et poétique. Pourquoi « le totem de l’enchanteresse » ? C’est un parallèle avec mon histoire, et un collier  que l’on trimbale partout et qui permet de garder avec soi ce qui nous est précieux, la pierre du moment, un joli symbole, un sachet magique…bref c’est une petite « maison portable magique »…