Une cabane lovée dans le feuillage… Ma tanière de sorcière au fond des bois. Mon boudoir… poudres,éclats de rire et élixirs. Esprits en ébullition, chasseurs de rêves, et visiteurs en tout genre, tissez vous dans ma toile …

Reviews

The Wildwood Tarot

Ca fait longtemps que je voulais faire ça, une présentation de mes jeux.

Je commence par mon incontournable : Le Wildwood Tarot ( tarot de la Forêt Enchantée en français, c’est quoi cette traduction culcul à la noix ??? le tarot de la Forêt Sauvage, donc, disponible sous ce nom nunuche pour les irréductibles gaulois ^^ ) est absolument magnifique. Les illustrations de Worthington, à qui on doit également l’Oracle Druidique des Plantes qui est sans doute mon jeu préféré pour la qualité des illustrations, sont pour la plupart très réussies ( il a encore un peu de mal avec les visages, mais c’est déjà beaucoup mieux que dans le Tarot Druidique, par exemple, où ses visages assez grotesques m’avaient carrément détournée du jeu – ses scènes de nature et d’animaux, en revanche, sont splendides.) L’univers chamanique à l’européenne, ( parce que j’ai beaucoup de mal avec l’esthétique pompée chez les Native Americans que l’on trouve dans beaucoup de jeux liés au chamanisme ) très animiste, me parle aussi énormément ; il est très proche de mes croyances et de mon ressenti. Du coup, je l’utilise beaucoup pour tout ce qui a trait au spirituel, aux animaux et esprits guides, aux esprits du lieu, à la nature… Quelques critiques – les cartes ne sont pas de très bonne qualité, un peu trop grandes à mon goût, et les explications du livre sont parfois un peu…superficielles, je vous conseille de développer votre propre ressenti et associations avec ce jeu. Mais ça en vaut vraiment la peine pour tout ceux dont la nature et les cycles des saisons occupent une grande place dans les croyances. De plus, peu de cartes ont une signification vraiment négative ; ce jeu sert beaucoup pour les conseils de sagesse, mais est peu précis – ça ne me donne pas des constats clairs et nets. De plus, il exprime beaucoup de grandes tendances, et je l’utilise souvent lors de sabbats, moins dans la vie quotidienne. Originalités : la suite d’épées est remplacée par la suite de flèches, les bâtons par des arcs, et la suite de pentacles par la suite de pierres. Les têtes sont représentées par des animaux. Certaines cartes de l’arcane majeure sont modifiées, par exemple le « Chène foudroyé » est un mélange du Pendu et de la Tour ; le Magicien devient le Shaman, le Monde devient l’Arbre Monde, etc…

Mes cartes préférées (j’ai l’édition anglaise, je sais pas ce que ça donne en français) :

– The Seer : cette illustration fait très volva nordique, je trouve, et la cape en plumes me fait penser à Freyja. C’est une interprétation très viscérale de la Haute Prêtresse, qui me parle beaucoup. Elle a les yeux fermés, et semble extrêmement concentrée. Le livre de la Prêtresse est remplacé par un bâton et un sac qui contient sans doute ses esprits alliés et instruments de pouvoir. La sagesse vient du monde naturel, de l’expérience et de la communication directe avec le monde des esprits. La cape de plumes est sans doute un indicateur du vol chamanique. Elle est placée devant une pierre creuse contenant de l’eau, lien avec l’autre monde, dont le monde des morts, support de divination, et symbole d’intution. Le labyrinthe gravé sur la pierre représente le cycle des morts et des naissances, et la nature féminine cyclique. Elle est moins flamboyante que le Shaman, le I, elle est en train de travailler – les yeux fermés, elle voit ce qui est invisible et voyage à travers les mondes. Elle est réceptive, mais active – pour moi, il y a une grande autorité tranquille et droite qui émane de cette carte. Elle est aussi droite et ancrée que l’arbre derrière elle. La main tendue vers le sol, elle semble absorber les énergies de la terre à plein volume. Sa force est intérieure. Il y a les significations classiques attachées à cette arcane, la sagesse cachée ou pas facilement exprimée avec des mots, la spiritualité féminine, l’apprentissage, la médiation entre les opposés. Son message est d’écouter sa voix intérieure et son intuition, elle indique aussi un possible choix, ou une autorité morale en qui on peut avoir confiance. Elle parle aussi de secrets, et de leur possible révélation, et d’émotions réprimées qui remontent à la surface. Personnellement, j’y vois aussi un message sur l’importance de garder un certain équilibre dans ses émotions, et de se familiariser avec son inconscient, aussi parce que ce sont des outils de travail précieux. Elle signifie aussi, à mon sens, la nécessité d’être prudent, diplomate et pourtant décidé lorsque l’on se trouve en présence de forces plus grandes ou d’une situation délicate. Aussi, l’intériorité, l’importance du lien avec ses esprits alliés et la nature. Finalement, l’univers parle à celui qui veut bien écouter. Si problématique, la carte indique qu’on ne veut pas entendre les messages que la vie nous envoie, que l’on a mal géré ses émotions, un manque de clarté, et que l’on est coupé de son intuition, ou encore une possible trahison ; il faut prendre du temps et tout bien considérer, et se tourner vers ses guides.

The Great Bear : Cette carte m’arrive tout le temps ces derniers temps…équivalent du Jugement, qui a de grosses connotations chrétiennes, ce dont cette carte essaie de se défaire, l’explication disant « la Nature n’est pas vengeresse, juste pratique. » et « les lois de l’évolution et de la simple cause à effet sont plus en lien avec un quelconque jugement divin que ne l’est la morale humaine. » Le bien et le mal, la culpabilité et l’innocence n’ont pas de place ici. Cette carte représente la loi cosmique, la réincarnation, la renaissance après une mort chamanique, et le retour de ce que l’on a semé. Le Grand Ours, terrifiant en apparence, est un initiateur, gardien des voies anciennes, qui possède le pouvoir de vie et de mort sur ceux qui transgressent ses lois. La constellation de la Grande Ourse indique le passage vers le Monde Souterrain, dont l’entrée est symbolisée par le tumulus, qui est un lieu de renaissance où l’initié est mis à nu, se fait face, et peut ensuite renaître en silence, une hibernation qui permet la reconstitution de la force et du potentiel, qui reviendra avec le printemps – cette carte représente le solstice d’hiver. Derrière l’Ours, brille l’Aurore Boréale, la clarté au milieu de la nuit. Pour moi, cette carte représente déjà, un changement à venir qui bouleversera tout sur son passage ; c’est la nécessité de se faire face à soi même; et le signe d’un test à venir qui aura une importance cruciale, qui déterminera de la vie de la personne, un de ces points fixes dans le temps autour duquel l’univers tourne…^^ Bref, c’est un moment à ne pas rater, un gros challenge, où le vrai visage de la personne remonte à la surface. Où on peut se prouver, se faire mais aussi se briser. Bref, vous avez raison de stresser avec cette carte, ça s’annonce dramatique, mais le potentiel est énorme – dans une histoire, le moment où tout le monde est assis sur le bord de son siège. C’est le point de transmutation, qui a une puissance magique incroyable. On peut dire que l’univers entier retient son souffle, – les Dieux ont décidé de vous tester, en quelque sorte. En position problématique, cela indique aussi que l’on n’a pas le choix, le changement inexorable, qu’il faut arrêter de courir pour éviter l’inévitable. Cela indique aussi un réveil nécessaire de conscience et l’idée que l’on ne peut pas échapper aux conséquences de ses actions. L’univers a la mémoire longue, en quelque sorte. L’important, c’est d’être honnête avec soi même. Le changement arrivera d’une manière ou d’une autre – il vous appartient de décider comment y survivre et la personne que vous serez après. Cette carte indique aussi le besoin de pardonner, de passer à autre chose, et de porter un jugement clair, non biaisé, sur soi et les autres.

– Ten of Stones : Home. Moins dramatique, le Dix de Pierres représente le bonheur et l’accomplissement matériel, ainsi que conjugal et familial – comme le représentent l’homme et la femme gravés sur la pierre – deux chemins distincts mènent à l’entrée. Le point de vue, par-derrière l’arche de pierre, donne l’impression que l’on est encore dans une grotte, mais qu’il n’y a plus qu’un pas à franchir pour arriver à la maison, évoquant ainsi le bonheur incroyable de celui qui aperçoit sa maison après un long voyage rempli d’épreuves, la perspective de l’accueil chaleureux et des retrouvailles, et également le sentiment de manque que l’on peut ressentir lorsque l’on est loi de chez soi, et le désir de se créer un chez soi, en même temps. C’est la récompense après l’effort, et elle est splendide cette maison, toit de chaume enroulé autour d’un arbre gigantesque qui est le pilier de la maison, en fait c’est une des raisons pour laquelle j’aime tant cette carte, c’est ma maison idéale lol. Une carte simple, mais très bien réalisée. La maison évoque aussi un sanctuaire, et les choses que l’on chérit et protège.

Five of Vessels : Ecstasy. Le cinq de coupes, traditionnellement, représente la souffrance émotionnelle et la fin d’une relation. Le nombre cinq représente l’homme, sa main et son action – et dans le tarot classique, il représente un test, et sa solution. C’est assez intéressant, donc, que les auteurs de ce jeu ont choisi d’en faire la carte de l’Extase. La carte représente une femme qui danse, sur une étoile dessinée dans le sable, aux pointes de laquelle brillent cinq bols lumineux. Elle tient un hochet et un bâton qui semble être surmonté d’une pomme de pin et porte autour de son cou un collier qui semble être fait d’os ou de perles. Elle a les yeux fermés, totalement prise dans sa danse, et la carte indique très bien le mouvement – et après tout, le cinq représente aussi le changement et le tumulte. En fond, un ciel de nuit très étoilé. La carte représente l’abandon au rythme de l’univers, la transe extatique, un mode de conscience euphorique et puissante, parfois provoquée par un effort physique intense, la musique, l’art, une sorte d’intoxication par le contact avec le divin, et la fusion de l’individu avec les forces de l’univers. C’est aussi la communion par la beauté, le plaisir et et la poésie pure. Encore une fois, une carte simple mais très puissante, qui correspond à ce que j’ai pu parfois vivre ou entrevoir. Elle représente un aspect positif du tumulte du cinq, et s’ouvrir est aussi une épreuve qui vous laissera totalement lessivé à l’intérieur ( mais heureux lol ) – car ce n’est pas une expérience anodine, de se mettre en contact avec des forces aussi immenses – et d’avoir l’Univers qui chante dans votre tête, pour tout dire. Comme elle n’a qu’un seul pied sur terre, il y a cependant un risque, celui de se perdre et de perdre le contact avec la réalité – il faut faire attention à s’ancrer et à garder les pieds sur terre, si la carte est en position de problème.

Enfin voilà, je pourrais continuer pendant des heures à parler de toutes les cartes, tellement elles sont fascinantes – il y en a encore une dizaine qui sont mes préférées, mais ça ferait trop. Si vous avez ce jeu également, je serais ravie d’avoir votre retour.

Publicités